Un message du Père Jacques Hazard

Pour voir en vidéo le témoignage de Jacques, cliquer sur le lien :https://vimeo.com/132908948

La date du 7 avril 1994 restera gravée en moi : début d’un génocide au Rwanda qui a fait 800.000 morts en quatre mois.

Je me trouvais à 2400 mètres d’altitude, à 120 kms de ma base (la capitale, Kigali). Un confrère belge qui devait partir peu après m’avait demandé de le remplacer car nous faisions à peu près le même travail : aller dans les paroisses pour animer des sessions du Renouveau. Heureusement pour lui, sinon il aurait été tué ce 7 avril au matin, quand les miliciens se sont levés en masse après s’être concertés dans la nuit du 6 au 7 avril, après le crash de l’avion présidentiel qui venait d’Arusha (Tanzanie) où avait été préparé un gouvernement de conciliation ouvert aux différentes tendances politiques. Dans l’avion se trouvaient les Présidents du Rwanda et du Burundi. J’arrivais dans la paroisse du Président du pays qui devait être assassiné, et où se trouvait alors le gros des miliciens. Ceux-ci en voulaient à mort au curé de Rambura pour son intelligence avec l’ennemi (des exilés Tutsi venant de l’Ouganda avaient été stoppés quatre ans plus tôt et parqués au pied des volcans). Je n’en dirai pas plus sinon que ce jour-là j’ai échappé par trois fois en l’espace de trois heures à la mort alors que les trois prêtres Tutsi de la paroisse eux ont été blessés et achevés par les miliciens. Le retour en France fut effectué après plusieurs péripéties… Un repos d’un mois m’a permis de réfléchir à ce que m’avait demandé le Provincial de France rencontré le jour-même de mon arrivée à Paris. Oui, c’était clair : retourner au Canada pour faire les deux dernières années d’un Institut de Formation Humaine Intégrale (IFHIM) que j’avais commencé à Montréal (Première année faite en 1989-90 lors de mon année sabbatique). Raison de cette demande : aider les Rwandais traumatisés par les évènements à se reconstruire. Proposition acceptée à l’instant même. En Juin 1996 retour en France, je prends mon billet d’avion pour le Rwanda. A la visite médicale, le médecin me déconseille de partir ; j’ai senti qu’il avait raison. Alors que faire en France ? – Les bureaux ? Non ! – La paroisse ? Oui. J’avais passé un an dans ma paroisse à Versailles et j’étais venu à Toulouse début 1980-1982 à la paroisse Saint Sylve. « Puisque vous y êtes allé, est-ce que ça vous dirait d’y retourner ? » « Oui pas de problème ». Si bien que je retournais à Toulouse peu après la Toussaint 1996. Mon affectation : les Minimes. Ma feuille de route : les malades et l’accompagnement des personnes qui le désiraient. Le Père René Bellème m’a très bien reçu. Il m’a proposé très vite de m’occuper des Izards. Sœur Dominique m’a fait connaître les familles des Gitans. Je lui en suis reconnaissant. Au bout de six mois j’intégrais les Minimes et très vite j’ai accepté d’autres fonctions que celles précitées, pour me mettre en plein dans la Pastorale : préparation au mariage, enterrements, messes dans tout le doyenné. Tout allait correctement jusqu’à ce qu’arrive la tuile : il faut partir de Toulouse. On vend notre maison !… Le manque de candidats français obligeait à diminuer le parc des habitations des Pères Blancs. Et comme on arrive à l’âge de la retraite – nous trois – il faut bien regarder en face la réalité. Ce n’est donc pas de gaîté de cœur que je vous quitte maintenant. Vous avez contribué à me rendre heureux parmi vous. Le nombre croissant d’Africains venus dans notre secteur n’était pas fait pour me déplaire. De fait ayant connu le continent africain très très jeune, je n’avais qu’un désir : c’était d’y retourner. J’ai passé un peu plus de 19 ans parmi vous. Si j’ai peiné ou froissé l’un ou l’autre qu’il me le pardonne. Vous m’avez rendu heureux. J’espère ne pas vous oublier. Jacques H

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s