La façade de l’Eglise

 Les ouvriers et chefs de chantier ont travaillé d’arrache-pied pendant 2 mois. Ils voulaient, et aussi selon la demande de la mairie, terminer la façade de l’église des Minimes à Noël, comme pour nous faire un cadeau.

Ils ont remplacé les briques défectueuses, valeureuses briques fabriquées du temps de St François de Paule au début du XVIème siècle. Puis ils ont rejointoyé chaque interstice pour que la construction puisse durer au moins 5 siècles supplémentaires et accueillir des générations de chrétiens. Ces ouvriers du bâtiment disaient qu’ils aiment leur travail, et c’est vrai qu’un climat de bonne humeur régnait sur le chantier, que ce soit au niveau du parvis de l’église ou de son tour, ou du haut des échafaudages élevés autour du presbytère.

Ces mêmes ouvriers travailleront peut-être plus tard à la réfection de la façade de l’église St Paul, qui elle aussi est fatiguée, après avoir abrité l’église et ses œuvres depuis un siècle, mais aussi diverses manufactures au XIXème siècle lors de l’épopée industrielle du quartier des Amidonniers. Ainsi la coulée verte qui accueille nombre de promeneurs et de familles pourra-t-elle recevoir un clin d’œil bienveillant d’un rose brique rafraîchi de notre église.

L’Eglise, nous dit St Pierre dans sa lettre, ce sont surtout des pierres vivantes constituées de tous les chrétiens. Et si l’édifice est fatigué, nous devons nous employer à restaurer chacune de nos briques. N’est-ce pas grâce à la miséricorde du Père qui refait du neuf à partir de nos cœurs usés ou blessés ? Quant au rejointoiement, n’est-ce pas le liant de la fraternité qu’il faut toujours entretenir, car que serait une Eglise constituée de chrétiens qui ne soient pas attachés les uns aux autres comme ils sont attachés au Christ, c’est-à-dire par l’amour ? Un attachement qui permet la respiration et la liberté comme le choix de la chaux plutôt que du ciment qui fige selon les explications de nos excellents artisans.

En cette année de la miséricorde, continuons à élever une Eglise artisanale, solide, exposée et fraternelle, spirituelle et tournée vers les Minimes, c’est-à-dire les plus petits, les préférés du Seigneur.

Bonne année à tous.

Jean-Christophe Cabanis

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « La façade de l’Eglise »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s